Logo pour impression
Autres vues :
Japon
Fin XVIe - XIXe siècle
Céramique
Acquis en 1917
Inv. E 554-174 ; -152 ; -195a ; -62 ; -314
 
Collection R. Collin
Ensemble de céramiques pour la cérémonie du thé

La collection de céramiques extrême-orientales réunie par le peintre Raphaël Collin, acquise par le musée en 1917, témoigne de la fascination exercée par les grès japonais sur les amateurs éclairés de la fin du XIXe siècle. Découvertes en Occident lors de l'Exposition universelle de 1878, ces productions originales vont profondément influencer les céramistes de l'Art Nouveau. Dans cet esprit, R. Collin constitue à partir des années 1880, grâce à ses relations avec ses élèves japonais, une remarquable collection de près de 450 céramiques chinoises et coréennes et de grès japonais.

Ces vases bol, boîte à encens, vase à fleur et jarre à eau se rattachent à la cérémonie du thé (chanoyu) dont le déroulement sous l'influence du bouddhisme zen se codifie au cours du XVIe siècle. Ces grès sont produits dans la région de Mino, dans les anciens fours de Bizen, Seto et Shigaraki, puis à Kyoto, Hagi, Takatori et Karatsu à partir d'une terre gréseuse recouverte ou non d'une glaçure souvent épaisse. Les formes sont simples, souvent asymétriques. Les décors laissent apparaître la terre et les accidents de cuisson. Ces caractéristiques sont considérés par les esthètes de la cérémonie du thé comme émanant de la véritable beauté.