fermer la fenêtre
Vierge à l'Enfant entourée d'anges
Autres vues :
Vers 1509
Huile sur bois
H. 54,5 ; L. 37,5 cm (partie centrale)
Acquis en 1859
Inv. A 2908
 
Renaissance
Quentin Metsys
[Louvain, vers 1465-1466 - Anvers, 1530]
Vierge à l'Enfant entourée d'anges

Les longs cheveux d'or de la Vierge se répandent sur son ample manteau d'un blanc immaculé, bordé d'un riche orfroi . La robe, également blanche, symbole de pureté, est garnie de fourrure. Le visage ovale aux traits fins est ceint d'un diadème de perles orné d'un rubis.

D'un air tout intérieur, elle tient contre elle, enveloppé dans un linge, l'enfant Jésus qui nous regarde. Trois anges les accompagnent : l'un joue du luth, un autre tend un œillet. Tous se tiennent sous une arche triomphale rehaussée de colonnes d'onyx et de cristal de roche orfévré. Les grotesques du socle et les putti en grisaille tirant des guirlandes de fleurs attestent que Metsys connaissait les motifs de la Renaissance italienne, sans doute par des gravures. A l'arrière-plan s'ouvre à gauche une perspective vers une église qui a été identifiée comme l'ancienne église Saint-Pierre de Louvain. Un ange y est agenouillé en prière tandis qu'une procession aux flambeaux s'avance en chantant. Dans le couronnement de ce petit triptyque portatif, qui devait être destiné à la dévotion privée, apparaît le Christ portant l'orbe du monde.

Le charme délicat de la Vierge, l'extrême finesse dans le rendu des détails, le sentiment de recueillement rappellent l'art du grand peintre des Flandres, Jan van Eyck, un siècle plus tôt.

 
imprimer