fermer la fenêtre
Corinne au Cap Misène
F. Gérard, Corinne au cap misène
Autres vues :
1819-1821
Huile sur toile
H. 256,5 ; L. 277 cm
Legs Juliette Récamier, 1849
Inv. A 2840
 
XIXe siècle
François Gérard
[Rome, 1770 - Paris, 1837]
Corinne au Cap Misène

Ce tableau de très grand format fut commandé au peintre Gérard, en 1819, par le prince Auguste de Prusse (1779-1843), grâce à l’intermédiaire de Juliette Récamier (1777-1849), en hommage à leur amie commune, l’écrivain Germaine de Staël (1766-1817), disparue deux ans plus tôt. Son sujet, imposé par les commanditaires, est emprunté au roman de Madame de Staël Corinne ou l’Italie, paru en 1807 et qui connut un très grand succès.

La scène se déroule au cap Misène, face à la baie de Naples et au Vésuve menaçant. Sous un ciel nocturne, la poétesse Corinne, qui vient d'évoquer les souvenirs attachés à ces lieux mythiques de l’antiquité, interrompt son improvisation et repose sa lyre, submergée par l’émotion. Face à elle, son amant, l’officier anglais Oswald, et ses amis bouleversés, demeurent suspendus à la beauté de sa création.

La commande voulait que le peintre représente l’héroïne sous les traits de Madame de Staël, mais Gérard choisit plutôt de l’évoquer idéalement. Il parvient dans cette œuvre à concilier la pureté du dessin et la recherche de grâce et d’idéal, propres au néo-classicisme hérité de son maître David, à une inspiration nouvelle tendant vers le romantisme, par l’expression des sentiments et du détail pittoresque.

Offert par le prince Auguste à Madame Récamier en témoignage de son attachement, ce tableau trônait au centre du salon de l'appartement de Juliette, à l’Abbaye-aux-Bois à Paris. Il participait ainsi au décor de ce lieu renommé où se rassemblaient les personnalités du monde des lettres et des arts.

 
imprimer