Logo pour impression
Autres vues :
Don des héritiers de l'artiste
H. 114 ; L. 144 cm
Don des héritiers de l'artiste
Inv. 1968-173
 
XIXe siècle
Louis Janmot
[Lyon, 1814 - Lyon, 1892]
Le Poème de l'âme - L'idéal

Ce tableau est l'avant dernier d'un cycle de 18 peintures rassemblées sous le titre Poème de l'âme, pour la plupart datées de 1854, mais peintes entre 1835 et 1855, toutes présentées à l'Exposition universelle de 1855 sur recommandation d'Eugène Delacroix. Un long poème composé par Janmot lui-même sert d'arguments aux tableaux. Y font écho 16 dessins de dimensions comparables, également conservés au musée des Beaux-Arts de Lyon. L'ensemble, texte et images, fut publié à Saint-Etienne en 1881 sous l'impulsion d'un groupe catholique et royaliste animé par le photographe Félix Thiollier qui les reproduisit grâce au procédé au charbon, encore peu usité. En 18 tableaux peints, l'artiste trace l'histoire des premières années de l'âme sur terre. Celle-ci est représentée sous les traits d'un homme, que l'on voit naître et parvenir jusqu'à l'âge adulte. Une compagne lui est donnée, double féminin de celui auquel semble s'identifier l'artiste. Tour à tour frère et sœur, amant et amante, l'âme et "l'âme sœur" cheminent tantôt sur la terre, tantôt dans les airs. Ici, le couple s'envole au-dessus de hautes montagnes, où la jeune femme, écartant le dernier rideau de nuages qui les sépare du ciel, disparaît pour toujours. Œuvre clé de l'école lyonnaise, Le Poème de l'âme a souvent été rapproché du préraphaëlisme anglais. Il est un des jalons du spiritualisme en peinture au XIXe siècle en Europe, au même titre que l'art de nazaréens allemands ou les peintures d'un Dante Gabriele Rossetti.