fermer la fenêtre
Femme assise sur la plage
 
© Succession Picasso, 2007
10 février 1937
Huile, fusain et pastel sur toile
H. 131 ; L. 163,5 cm
Legs Jacqueline Delubac, 1997
Inv. 1997-45
 
XXe siècle
Pablo Picasso
[Malaga, 1881 - Mougins, 1973]
Femme assise sur la plage

Pour Picasso, l'année 1937 est celle de Guernica (Madrid, centre d'art Reine Sophie) exécuté en juin pour le pavillon espagnol de l'Exposition internationale. C'est aussi l'année d'autres expérimentations. Il reprend ainsi, en février, le thème des baigneuses, déjà développé à la fin des années 1920. Thème qu'il déclinera uniquement en sculptures peu après. Au lieu de jouer à la balle ou de sauter dans les airs, les baigneuses sont désormais repliées sur elles-mêmes, leurs corps s'inscrivant dans un ovale. Cette série est encore inspirée par la figure de Marie-Thérèse Walter, muse et compagne omniprésente dans l'œuvre des années 1930, alors que Picasso commence à vivre avec Dora Maar.

Le tableau présente une baigneuse nue sur une plage se livrant à un geste familier. L'exagération des volumes et le rejet de toute vraisemblance anatomique sont frappants : les pieds et les mains sont disproportionnés par rapport au visage impersonnel. Les contours tracés au fusain donnent encore plus de densité au corps, alors que le modelé est souligné par le pastel blanc. La frontalité appuyée du personnage fait ressortir l'espace en arrière-plan comme une simple toile de fond. Un dessin à l'encre de chine (Paris, musée Picasso), daté lui aussi du 10 février, révèle que l'artiste a rapidement esquissé la composition. La baignade (Venise, collection Peggy Guggenheim), exécuté deux jours plus tard, reprend la figure – associée à une autre baigneuse – tenant un petit bateau à voiles.

L’œuvre, partie en restauration en mai 2017 puis en prêt, sera absente des collections XXe pour une période de 8 mois. Elle sera à nouveau visible début 2018, et fera l’objet d’une importante exposition Picasso en 2020 au musée.

 
imprimer