Logo pour impression

Jean Dubuffet

En savoir plus

Jean Dubuffet est un artiste français, né en 1901 au Havre. Il commence à peindre dès 1917 et fréquente l'École des Beaux-Arts du Havre. Mobilisé en 1939, ce n'est qu'à partir de 1942 qu'il se consacre exclusivement à sa carrière de peintre.

Il s'oriente vers une figuration qui rompt avec la tradition et se réclame d'un art primitif, populaire ou enfantin qui nécessite un renouvellement technique. Il s'éloigne volontairement de tout savoir faire et revendique alors une pratique « indemne de toute culture ». Il introduit dans sa peinture des matériaux insolites et variés (sable, étoupe, gravillons, poussière d'atelier…) jusqu'à l'obtention d'une texture épaisse et rugueuse qui rappelle le crépi des vieux murs. Le dessin devient incision à l'aide d'une pointe, d'une spatule rappelant ainsi les graffitis des rues. À partir de 1945, il définira le concept d'art brut, dont il est un des principaux représentants.

L'œuvre Vénus du trottoir datée de 1946 est une peinture où les effets de matière remplissent l'image : grattage et incisions donnent forme à un corps monolithique. Ce corps, que l'on identifie malgré la simplicité radicale de son dessin, semble taillé ou modelé dans un matériau brut, argile ou calcaire rappelant les Vénus préhistoriques telle la Vénus de Willendorf, symbole de fécondité. Quand au titre, provocateur et ambigu, qui renvoie à deux registres culturels très éloignés, il questionne. Si « Vénus » rappelle la déesse de la beauté et de l'amour de l'Antiquité, le mot « trottoir » qui lui est associé, n'est pas sans évoquer le monde de la prostitution : deux références à la femme qui se télescopent ici dans une image sauvage et hors du temps.

Entre 1947 et 1949, Dubuffet réalise trois séjours au Sahara qui vont marquer durablement son œuvre. Sa carrière comporte de nombreuses périodes aux styles renouvelés, auxquelles il donne souvent des noms poétiques et jusqu'à sa mort en 1985, il développe ses conceptions dans des livres comme Asphyxiante Culture publié en 1968.