Logo pour impression

Donation Andrée Le Coultre - Paul Régny

Accrochage du 18 mai au 6 août 2017

Andrée Le Coultre (1917-1986) et Paul Régny (1918-2013) se sont connus à Lyon aux cours du soir du peintre Antoine Chartres (1903-1968). Ils fréquentent, durant la guerre, la galerie Folklore de Marcel Michaud (1898-1958) et rendent plusieurs visites à la colonie d’artistes fondée en 1927, à Sablons, au lieu-dit Moly-Sabata, par Albert Gleizes (1881-1953). L’esprit du lieu et la lecture des écrits théoriques du peintre les amènent à lui faire part, en 1945, de leur désir d’y séjourner. Ils y renoncent en 1946, pour des raisons matérielles.

Ils rencontrent Gleizes à Lyon en 1947, à l’occasion de la rétrospective de son œuvre, organisée par Michaud et le critique René Deroudille. Pendant un temps, le peintre leur dispense des conseils, au vu des œuvres qu’ils lui soumettent. En 1948, ils font un séjour d’été aux Méjades, la propriété de Gleizes, en Provence, pour animer un stage d’initiation à sa méthode et à ses principes picturaux.


Dossier de presse


Régny et Le Coultre sont proches de Jean Chevalier (1913-2002) et de Daniel Gloria (1908-1989), deux artistes également influencés par Gleizes, et de Henri Giriat (1920-2016), autre familier du peintre. Ils exposent régulièrement à Lyon et y fréquentent l’Académie du Minotaure, qui entretient la flamme gleiziste.
Ils trouvent l’un et l’autre la voie d’une création personnelle, largement influencée par leur cheminement spirituel, qui se manifeste notamment dans les œuvres qu’ils réalisent, en 1970, pour la nouvelle église Saint-Joseph à Tassin.

La peinture d’Andrée Le Coultre se fait plus libre et s’ouvre sur une sorte de fantaisie poétique, que le travail sur papier lui permet d’exprimer. Paul Régny poursuit, au-delà du jeu des formes et des couleurs, une œuvre plus méditative, marquée par la quête de la lumière. La donation consentie par leur fils, Marc Régny, permet aujourd’hui de rendre hommage à l’œuvre de deux artistes pour lesquels pratique artistique et engagement spirituel sont intimement liés. Elle est mise en regard d’œuvres d’Albert Gleizes, entrées dans les collections par le legs d’André Dubois en 2004.