Logo pour impression

L'Abbaye royale

plan scénographique
Détail du Plan scénographique de la ville de Lyon|vers 1550 - © Archives municipales de Lyon

L'un des plus anciens monastères
de la Gaule

De sa fondation vers le VIe siècle à sa totale reconstruction au XVIIe, l'abbaye connaît de multiples transformations. Auparavant, à l'intérieur d'une clôture, les églises Saint-Saturnin et Saint-Pierre côtoyaient les communs et les maisons des religieuses fortunées. Par ses droits et richesses, le monastère fut toujours le plus important de la ville.
Voir la vidéo (2'28") expliquant le plan scénographique de 1550.

L'abbaye royale des Dames
de Saint-Pierre

En 1659, sous Louis XIV, l'abbesse Anne de Chaulnes obtient les fonds nécessaires à la construction de l'abbaye royale. Les architectes avignonnais Royers de la Valfenière conçoivent un imposant bâtiment – quatre ailes ordonnancées autour d'un cloître – dont l'architecture s'inspire de modèles italiens. Les travaux s'achèvent en 1685 sous l'abbatiat de la sœur d'Anne, Antoinette de Chaulnes.
Une trentaine de religieuses (jusqu'à 60 bénédictines en 1730, 32 à leur expulsion en 1792) vivaient sous l'autorité de l'abbesse, généralement issue de la haute noblesse. De ses appartements subsiste son oratoire privé (actuelle salle des vases grecs) aux belles colonnes de marbre rose. Au XVIIIe siècle, l'abbaye compte parmi les plus riches de France, en raison notamment des revenus tirés de la location des boutiques en rez-de-chaussée.

Écoutez un extrait de l'audioguide : l'histoire du palais saint Pierre


S. Guillaume, "Saint Ennemond bénissant", 1684-1686
S. Guillaume, "Saint Ennemond bénissant", 1684-1686

Le réfectoire et l'escalier d'honneur :
le baroque à Lyon

Th. Blanchet réalise, de 1675 à 1684, le réfectoire et l'escalier d'honneur, superbe manifestation du style baroque à Lyon. N. Bidaut (1622-1692) et S. Guillaume (actif entre 1680 et 1708) s'en voient confier les reliefs en stuc. Les sujets mêlent allégories des vertus monastiques et saints protecteurs. Les tableaux La Multiplication des Pains et La Cène sont l'œuvre de P.-L. Cretey (vers 1645 - connu jusqu'en 1690).
Écoutez Le réfectoire du musée et Les figures ailées de l'escalier

Voir la campagne de restauration du réfectoire d'avril à juin 2010

Vue 1 du réfectoire et de La Multiplication des pains par Louis Cretey
Vue 2 du réfectoire et de La Cène peinte par Louis Cretey

L'église Saint-Pierre

Fondée au VIIe siècle, l'église est reconstruite au XIIe siècle dans le style roman. De cette époque, on peut admirer des fenêtres retrouvées dans le passage intérieur et le splendide porche. Des chapelles latérales sont ajoutées au XIVe siècle. L'état actuel est celui conçu au XVIIIe siècle par l'architecte A. Degérando (actif à Lyon de 1731 à 1773) qui agrandit le chœur, édifie le clocher et réalise le décor d'arcs et de pilastres. Désaffectée en 1907, l'église sera attribuée au musée.
Voir les vues panoramiques de la chapelle