Logo pour impression

Du cloître au jardin

F. Bourjot, "L'entrée du cloître du palais Saint-Pierre de Lyon", vers 1820
F. Bourjot, "L'entrée du cloître du palais|Saint-Pierre de Lyon", vers 1820

Le jardin du musée correspond à l'ancien cloître de l'abbaye du XVIIe siècle. Dans cet espace intérieur clos, les religieuses pouvaient profiter de l'extérieur. Un bassin central et des orangers, ifs et plantes exotiques en pots agrémentaient la cour, ainsi que des sculptures des saints Michel et Gabriel, de la déesse Minerve, la Concorde...
Après la Révolution et le départ des religieuses, le cloître s'ouvre au public. On expose sous les arcades les inscriptions et fragments d'architecture antiques du musée lapidaire.
Un premier réaménagement du jardin intervient à partir de 1832. On place au-dessus des arcades des moulages des frises grecques du Parthénon (Athènes) et des Néréïdes (Xanthos). Sur les terrasses, une balustrade en pierre ornée de statues et de vases décoratifs entoure les terrasses.
Abraham Hirsch (1828-1913) chargé des travaux du musée restructure le jardin en 1884. Les galeries voûtées du musée lapidaire reçoivent un décor peint dû à L. Bardey (1851-1915). Au-dessus des arcades, on installe des médaillons en bronze illustrant les grands artistes lyonnais sur fond de mosaïques, en alternance avec les reproductions de la frise grecque.
La dernière rénovation du musée (1990-1998) a voulu respecter l'ordonnancement de ce jardin où des sculptures originales animent les allées.