Logo pour impression

Un peu d'histoire

La Galerie des antiques, vers 1906
La Galerie des antiques, vers 1906

Entre Lugdunum et la terre des pharaons

L'origine de la collection d'Antiquités est intimement liée à la création du musée.
Amateur d'archéologie, le premier conservateur, François Artaud, mène une active politique d'acquisitions s'intéressant autant aux vestiges gallo-romains qu'à ceux de l'Egypte. Il entretient des relations avec le monde savant - Jean-François Champollion vient à plusieurs reprises au musée - et possède son propre cabinet de curiosités qu'il vend à la Ville en 1835. Ses successeurs poursuivent ce travail durant tout le XIXe siècle.

La collection se diversifie

En 1850, le legs du cabinet Lambert augmente notablement le fonds. En 1863, le Gouvernement envoie 115 vases antiques provenant de la célèbre collection Campana, et la même année, le musée acquiert plus de deux cents vases grecs. Les achats se font auprès de particuliers, d'antiquaires et lors de ventes publiques, notamment à partir des années 1880. Le fonds s'enrichit également du produit de fouilles locales ou plus lointaines, comme celles de Louis Lortet, directeur du Museum, dans la région de Tyr et Sidon (Liban), au début des années 1880. En 1939, l'Institut français d'Archéologie Orientale du Caire offre les portes du temple de Médamoud (Egypte), élément majeur des salles égyptiennes.

Une nouvelle orientation

Le caractère encyclopédique des collections est bouleversé à la fin des années 1960. Les œuvres de provenance locale intègrent le nouveau musée de la Civilisation gallo-romaine, sur la colline de Fourvière. Dans le même temps, des centaines d'objets égyptiens du musée Guimet de Lyon sont transférés au musée. La collection d'antiquités est désormais axée sur la partie orientale du Bassin méditerranéen. Cette dominante est confortée par le dépôt récent de la collection de l'Institut d'égyptologie Victor-Loret et quelques acquisitions.
Aujourd'hui présentés dans seize salles thématiques, chefs-d'oeuvre ou humbles objets usuels racontent au visiteur plus de trois millénaires d'histoire, de l'Egypte ancienne au Bas Empire romain.