fermer la fenêtre
Le site de Médamoud

Le site de Médamoud

Les blocs des portes mis en caisses à Médamoud
Les blocs des portes mis en caisses à Médamoud

Bourgade de la rive droite du Nil, au nord de Louqsor.

Médamoud formait avec les villes-sanctuaires d'Armant, Tôd et Thèbes, consacrées au dieu Montou, une sorte de rempart protégeant Thèbes-Karnak.

Le sanctuaire, édifié du Moyen Empire aux premiers Ptolémée, fut sans doute démonté et les travaux interrompus sous Ptolémée IV, lors de troubles survenus à la fin du IIIe siècle avant J.-C. Le temple fut reconstruit de Ptolémée V à Ptolémée XIII et décoré jusqu'à l'époque romaine.

Sur le site de Médamoud, l'égyptologue lyonnais A. Varille, après avoir secondé F. Bisson de la Roque, dirige les fouilles jusqu'en 1939. En 1932, le dégagement des fondations du mur-pylône du temple de Ptolémée V (encore en élévation), entraîne la mise au jour de blocs sculptés appartenant à plusieurs portes antérieures. Ceux constitutifs de deux portes, l'une au nom de Ptolémée III, l'autre de Ptolémée IV, sont offerts sur proposition de Varille au musée de sa ville natale.


L'aventure de l’œuvre

L’égyptologue lyonnais Alexandre Varille (Lyon, 1909 – Joigny, 1951), membre de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire de 1932 à 1943, participa à de nombreux chantiers de fouilles en Égypte. Il prit la direction des fouilles de Médamoud à la suite de Fernand Bisson de la Roque.

En 1932, les fondations du mur-pylône du temple de Ptolémée V livrèrent des blocs sculptés appartenant à cinq portes édifiées sous les pharaons Ptolémées II, III et IV.

À la demande de Varille, le Gouvernement égyptien et le Service des Antiquités de l’Égypte, dans le cadre du partage des fouilles, autorisèrent le don au musée de Lyon de deux portes, l’une au nom de Ptolémée IV, l’autre de Ptolémée III.

Les blocs sont remontés dans les salles du musée suivant les indications de l’égyptologue : la porte de Ptolémée IV en 1939 et celle de Ptolémée III en 1956.

Extrait d’une lettre d’A. Varille au conservateur du musée de Lyon, datée de 1936, proposant l’envoi des portes : « L’extraction de ces blocs demanda une fouille très délicate en sous-œuvre [...]. Le poids du monument serait d’environ 10 tonnes. J’espère pouvoir obtenir de l’Institut les crédits nécessaires pour l’emballage et le transport de Médamoud à Louxor, de Louxor à la gare du Caire, de la gare du Caire au musée [...] où les 44 caisses de blocs vous seraient livrées [...]. »

imprimer