Logo pour impression

Un peu d'histoire

Médaillier
Médaillier

Le fonds ancien

La collection numismatique du musée existe dans sa forme actuelle depuis le début du XIXe siècle. En 1810, François Artaud reçoit 8 585 monnaies provenant des deux principales collections lyonnaises de l'Ancien Régime : celle du collège de la Trinité et celle du cabinet de la Ville.

Début XIXe siècle : acquisition
d'un patrimoine régional

Au cours de la première moitié du XIXe siècle, les collections s'enrichissent de monnaies "locales" et de trésors gallo-romains, contribuant ainsi à la constitution d'un patrimoine national naissant. D'importantes collections lyonnaises entrent ensuite au médaillier (Saussaye et Morin-Pons en 1863 par exemple) ; composées de pièces rares et particulièrement bien conservées, elles sont encore aujourd'hui le cœur des séries celtiques et médiévales du musée.

Fin XIXe siècle : diversification
de la collection

À partir de 1878, le médaillier du musée se développe considérablement en raison des nombreuses acquisitions effectuées par deux conservateurs, Jean-Baptiste Giraud et Paul Dissard, auprès de particuliers et d'experts.

XXe siècle : de grands travaux de recherche

L'histoire récente du médaillier est marquée par une importante politique de recherche scientifique. Un vaste travail d'inventaire et de diffusion de ces travaux est alors entrepris. Commencé en 1936, il est l'œuvre de deux savants lyonnais : Jean Tricou et Louis Chaurand. En 1992, les travaux de réaménagement du musée des Beaux-Arts de Lyon ont permis la restauration dans son état initial du médaillier. Depuis, les collections se sont enrichies de nouveaux exemplaires et de trésors monétaires récents tels ceux des Terreaux (1993) et des Célestins (2004).