Logo pour impression
Autres vues :
1637
Huile sur toile
H. 242 ; L. 161 cm
Envoi de l'État
Inv. A 123
 
XVIIe siècle
Guido Reni
[Bologne, 1575 - Bologne, 1642]
L'Assomption de la Vierge

Quittant l'espace terrestre, portée par deux angelots en vol, Marie s'élève au centre d'une gloire d'anges. Bras tendus et mains ouvertes, en geste d'oraison et d'intercession, elle regarde Dieu le Père qui l'accueille au paradis. Ce n'est qu'en 1950 qu'est proclamé le dogme de l'Assomption, selon lequel la mère de Jésus fut enlevée au ciel après sa mort. Pourtant, même si l'événement n'est pas rapporté dans les Évangiles, il est fêté par l'Église depuis les premiers temps, surtout à la suite du Concile de Trente (1545-1563) qui remet à l'honneur la piété mariale. L'envol du manteau accompagne le mouvement du corps, aux jambes démesurées, au hanchement gracieux. La palette est limitée à trois couleurs vives et lumineuses, le rouge et le bleu, couleurs traditionnelles de la Vierge, et l'or symbolisant la gloire du paradis. Celui-ci vibre de subtiles nuances, du nimbe rayonnant autour de la chevelure blonde à la mandorle de nuages habités de chérubins. Guido Reni, peintre bolonais, a réalisé plusieurs tableaux sur ce thème, dans lequel il pouvait laisser libre cours à son style doux et suave, inspiré autant de Raphaël que de la sculpture antique. C'est pour orner l'autel de la chapelle de la Vierge, dans l'église des Philippins de Pérouse, qu'il peint ce tableau en 1637, à la demande de l'archevêque de Ravenne Luigi Capponi. Ce panneau était originellement surmonté d'une lunette figurant Dieu le Père (Bologne, Pinacoteca nazionale).