fermer la fenêtre
Ange et Vierge de l'Annonciation
Autres vues :
Italie, Toscane
Milieu du XIVe
Bois et noyer polychrome
H. 175 ; L. 51 ; P. 46 cm
Acquis en 1884
Inv. D 234 et D 235
 
Moyen-Age
Ange et Vierge de l'Annonciation

Ces personnages, grandeur nature, semblent communiquer au-delà des mots. L'ange Gabriel, la main gauche sur le cœur, porte une longue tunique et un manteau retombant en plis ondulants, un bandeau et un diadème ornent ses cheveux. La flexion vers l'avant, l'expression réservée et le gracieux mouvement de la main droite révèlent une attitude déférente : " je te salue Marie ". Celle-ci amorce un geste de surprise. Elle a été choisie par Dieu pour être la mère de Jésus. Son corps allongé adopte une posture gracieuse d'une torsion encore gothique. Le bras gauche aujourd'hui mutilé devait sans doute tenir un livre : à l'arrivée de l'ange, elle interrompt sa lecture et écoute, attentive. L'expression intérieure des personnages, la beauté des visages révèlent le talent d'un grand maître. Le sculpteur pourrait être Francesco di Valdambrino, actif à Sienne au début du XVe siècle, et les statues proviendraient de l'église Sainte-Catherine de Pise. Sous l'influence des Mystères joués sur le parvis des églises depuis le Moyen Âge, de nombreux groupes de ce type figurant l'Annonciation ornaient les églises de Toscane. Il est cependant difficile aujourd'hui de connaître leur situation initiale (sur un autel, dans des niches ?) et leur fonction précise. Les bras articulés de la Vierge laissent penser qu'elle était vêtue d'habits et de bijoux. Ces statues pouvaient peut-être servir à des scènes de théâtre, ou être portées en procession.

 
imprimer