Logo pour impression
Antoine Étex, Caïn et sa race maudits de Dieu, 1832-1839
Autres vues :
1832-1839
Marbre
H. 205 ; L. 171 ; P. 153 cm
Envoi de l’État, 1839
Inv. H 807
 
XVIIIe, XIXe et XXe siècles
Antoine Étex
[Paris, 1808 – Chaville, 1888]
Caïn et sa race maudits de Dieu

Le sculpteur Antoine Étex s’est inspiré pour cette œuvre de l’histoire biblique de Caïn, le fils d’Adam et Ève maudit par Dieu pour avoir tué son frère Abel. Ce récit douloureux des origines de l’humanité constitue alors une inspiration chère à certains auteurs de la génération romantique.

En plein XIXe siècle, la France et l’Europe vivent de nombreux bouleversements politiques, économiques et sociaux. La révolution industrielle, les guerres, la montée des inégalités sociales et les nombreux changements de régimes provoquent des peurs et des incertitudes quant à l’avenir. Par le choix de ce sujet, magnifié ici par la dimension colossale de ce groupe taillé dans le marbre, l’artiste exprime le sentiment tragique de la destinée humaine. La composition pyramidale renforce celui-ci, tout comme la puissance des formes qui s’inspirent de Michel-Ange. Le sculpteur de la Renaissance italienne est alors très apprécié et constitue un modèle pour Étex.

Lorsqu’en 1833 le jeune artiste expose le modèle en plâtre de cette œuvre au Salon parisien, il obtient un véritable triomphe qui le consacre comme l’un des chefs de file de cette nouvelle école romantique en sculpture, aux côtés d’Antoine Barye et de François Rude. Peu après, l’État lui commande cette version en marbre qui sera envoyée au musée de Lyon.