Logo pour impression
Auguste Rodin, L'Ombre, 1902
Autres vues :
1902
Bronze
H. 195 ; L. 110 ; P. 60 cm
Acquis de l’artiste, 1905
Inv. H 743
 
XVIIIe, XIXe et XXe siècles
Auguste Rodin
[Paris, 1840 – Meudon, 1917]
L'Ombre

L’Enfer, poème rédigé au XIVe siècle par Dante Alighieri, relate la traversée par le poète, mené par l’auteur latin Virgile, de neuf cercles dans lesquels il rencontre les damnés. Ce texte fondateur de la littérature italienne fascine les artistes du XIXe siècle et Rodin tout particulièrement, pour qui il va constituer l’une des inspirations conductrices de son travail.

Cette œuvre illustrant Adam, l’un des damnés, est au départ conçue à une plus petite échelle pour être placée en trois exemplaires au sommet de la Porte de l’Enfer, réalisation majeure destinée à répondre à une commande de l’État pour orner l’entrée d’un musée des arts décoratifs à Paris. L’artiste décide ensuite de lui donner une vie propre en exposant quelques années plus tard un modèle en plâtre plus grand que nature, dont la ville de Lyon lui acquiert un tirage en bronze en 1904.

Selon la volonté de l’auteur, cette sculpture ne possède pas de mains. Cet inachèvement novateur est caractéristique du travail de Rodin, qui ne recherche pas un rendu réaliste de la nature mais privilégie l’expressivité. Craignant cependant que cette mutilation soit mal comprise du public, le sculpteur décidera d’ajouter des mains à tous les tirages en bronze de cette sculpture réalisés postérieurement à celui-ci, qui porte témoignage de l’état originel de l’œuvre tel que l’artiste l’avait conçue.