Logo pour impression

Chacun son musée

Chaque semaine, sur la page d'accueil de notre site internet et sur notre page Facebook, un collaborateur du musée choisit une sculpture, un tableau, une antiquité, une monnaie, un objet d'art.
Il vous livre son commentaire d’œuvre : ce qui le touche, ce qui l'émeut, un souvenir, une anecdote, une impression.

Linda, agent d'accueil et surveillance :
"Je ne me lasse pas de ce tableau : un jardin presque fermé, un ciel à la fois obscur et lumineux, des personnages pas tout à fait seuls, un dialogue que l'on souhaiterait écouter… J'aime l'atmosphère sensuelle et secrète qui se dégage de cette scène venue d'un autre monde. Et surtout, j'aime la richesse et les couleurs des costumes !".
En savoir + sur l’œuvre

Véronique, chargée des outils d'aide à l'interprétation :
"Fascinante Vierge romane en Majesté ! Son regard, fixe et impassible, contraste avec ses mains, qui semblent vouloir retenir son enfant dans un geste protecteur. Je l’imagine au XIIe siècle, statue-reliquaire placée dans le chœur de l’église, objet de dévotion pour des foules de fidèles venues parfois de loin pour l’admirer et la toucher, mais peut-être aussi témoin de serments prêtés par les seigneurs du Moyen Age".
En savoir + sur l’œuvre

Anne-Marie Founier Agent d'accueil et surveillance : "J'aime les fenêtres ouvertes sur l'ailleurs. Un regard sur un tableau doit se prolonger au-delà de l'œuvre comme une perspective, une évasion physique et psychologique. Là je suis dans au bord de la mer; je sens le vent, les embruns, les vagues…".
En savoir + sur l’œuvre



Alicia Marion, agent d'accueil et surveillance :
"Ce tableau est de loin mon préféré. Cette atmosphère de recueillement, ces jeux de lumière qui évoluent au gré du temps, ces deux femmes semblant sorties d'un film de Bergman. Je passerais des heures à le contempler et à imaginer quel terrible secret lie ces deux jeunes femmes."
En savoir + sur l’œuvre

Manu du Café-restaurant les Terrasses Saint Pierre :
"Je kiffe cette œuvre. J'aime le contraste entre le côté froid et mécanique du tableau et la tendresse de ces deux femmes..."
En savoir + sur l’œuvre

Virgine, agent d'accueil et surveillance :
Vous avez remarqué la poupée ? Elle semble plus humaine que les deux personnages. C'est elle qui transmet la véritable émotion pour moi.
En savoir + sur l’œuvre


Claire B, médiatrice-conférencière :
Lionceau pataud, orange, roses joufflues et aigles solennels, voici un jeune prince de Hollande bien entouré ! Autant de symboles rappelant le pouvoir, la rose d'Angleterre et la flamboyante couleur des Pays Bas, encore fièrement arborés de nos jours dans de valeureux tournois sportifs.
En savoir + sur l’œuvre




Euphrasie Arnaud, Agent d'accueil et surveillance :
"Une lumière étonnante ! La suprématie du monarque et la victoire du Christ sont en symbiose ! Une œuvre que j'aime car elle illustre et retient notre attention sur le passé !"
En savoir + sur l’œuvre

Henrique, chargé du service images : "Du Lyon dans le travail, de la Croix-Rousse dans la fine technique ! J’imagine le martellement précis du dinandier accompagné par le lourd rythme des métiers à tisser voisins… Argent, cuivre et autres alliages façonnent ce vase aux formes inspirées à Claudius Linossier par la Grèce antique. Et moi, je me plais à imaginer l’activité foisonnante d’un monde aussi multiple que les facettes de cette relique des années folles !"
En savoir + sur l'oeuvre

Céline, agent d'accueil et surveillance :
J'adore le mouvement de cette œuvre. Et cette croix ? Je me demande toujours si c'est vraiment une croix gammée. Dans ce combat, la force de Bacon, c'est de suggérer : on imagine le sang, le combat et l'animal mis à mort.
En savoir + sur l’œuvre


Frédérique, chargée des réservations (groupes scolaires et enseignants) :
"Quelle finesse dans les détails. Une grande beauté à la fois intérieure et sculpturale émane de ce visage… Porteur d'outre… Source de vie !"
En savoir + sur l’œuvre




Sylvaine ,chargée des relations presse :
"Lors d’une visite au musée, mon fils alors âgé de 4 ans s’est arrêté devant cette peinture de Pablo Picasso et l’a observée longuement. Puis il a dit : « Regarde maman, cette femme a du faire la guerre. Elle a un trou dans le ventre ». Lorsque Picasso peint sa femme assise sur la plage en 1937, la guerre d’Espagne a débuté quelques mois plus tôt, mais l’artiste vient aussi de quitter sa muse, Marie-Thérèse Walter pour vivre avec Dora Maar…"
En savoir + sur l’œuvre

Nathalie, agent d'accueil et surveillance :
"Elle me donne de l'émotion quand je la regarde en face mais pourquoi ? J'ai l'impression qu'elle me parle. Et je ne vous dirai pas de quoi…"
En savoir + sur l’œuvre


Gérard, documentaliste :
"Aucune œuvre d’art ne m’est plus familière : sa reproduction au trait ornait mes cahiers d’écolier. Qu’il y a loin, pourtant, entre cette pauvre vignette de mon enfance et la statue colossale du musée que j’ai découverte à l’âge adulte ! J’admirais depuis toujours l’équilibre de la composition, — tendue comme la corde d’un arc. Il me restait à éprouver la fascination de la force dont rien ne peut donner idée comme cette masse de bronze qui semble arc-bouter l’infini.

En savoir + sur l’œuvre


librairie du musée :
"En regardant La Vague de Courbet je vois la puissance de la mer qui gronde, qui se soulève, mais à l'horizon le ciel s 'éclaircit."

En savoir + sur l’œuvre



Marie-Noëlle, agent d'accueil et surveillance :
"Lorsque je passe devant ce tableau, ce portrait m'interpelle ; il dégage élégance, droiture et même froideur. Le port de tête exprime une certaine fierté. Il me plonge dans cette époque ; j'admire les détails de la finesse du tissu, la beauté des bijoux, la noblesse de cette dame."

En savoir + sur l’œuvre




Hélène, agent d'accueil et surveillance :
"Ce qui est très beau, c'est cette poitrine à moitié dénudée, ce qui confère à cette sculpture un aspect érotique. Audacieux pour l'époque non ?"
En savoir + sur l’œuvre

Albéric, co-responsable du service intérieur :
"Belle perspective ! Et ce ciel ! On ne sait pas trop s'il s'éclaircit ou s'assombrit. Et surtout on n'a qu'une envie : être sur une de ces gondoles.

En savoir + sur l’œuvre
Denise, agent d'accueil et surveillance :
"Cet objet usuel et si touchant garde l'empreinte du scribe que l'on imagine traçant sur le papyrus un discours de pharaon, une lettre d'amour ou une recette de cuisine.

En savoir + sur l’œuvre


Denise, agent d'accueil et surveillance :
"Dans ce tableau caricatural où le peintre a forcé sur les couleurs sombres, je me plais à imaginer les intrigues et manipulations d'argent, de pouvoir et d'amour qui se nouent et se dénouent au sein de ces personnages hauts en couleur de Maupassant."

En savoir + sur l’œuvre

Hassan, agent de surveillance du bâtiment :
"On imagine l'émotion de Marie en voyant son fils pendant la cérémonie de la circoncision. On peut s'interroger sur cette pratique religieuse qui rapprochait autrefois musulmans et juifs comme une seule fratrie."
En savoir + sur l’œuvre

Josiane, agent technique du bâtiment chargée de l'entretien des œuvres avec les conservateurs :
"J'aime beaucoup la couleur et la finesse de cette sculpture en terre cuite, elle est très raffinée. Et les corps de ces deux personnages sont magnifiques, la profondeur de leur regard, l'amour qui se reflète est tellement profond qu'il me transporte dans cette fabuleuse histoire d'amour et de bonté."

En savoir + sur l’œuvre
Aurélie, chargée de communication :
"Cette peinture grandeur nature de Zurbaran m’angoisse et me fascine… Tel un fantôme dans le musée, la vision de ce saint a quelque chose de mystique. La sobriété du vêtement et du cadre, le jeu des ombres et des lumières ne font qu’accentuer la puissance de cette œuvre impressionnante."
En savoir + sur l’œuvre



Muriel, médiatrice conférencière :
"Je m’arrête parfois devant cette peinture, austère et silencieuse, où le geste de l’artiste donne à la matière un caractère à la fois impénétrable et lumineux. Et parfois je sens que le temps ici s’est arrêté, brusquement."

En savoir + sur l’œuvre

Aurélie, agent de surveillance :
"Cette sculpture dégage une impression de complicité au sein du couple. On ressent une certaine chaleur malgré ce marbre froid. J'adore."
En savoir + sur l’œuvre

Christophe, gardien du jardin :
"J'aime particulièrement le Salon de fleurs car ça me rappelle mon premier métier de jardinier et c'est aussi une des salles qui donne le plus de gaieté au musée

En savoir + sur l’œuvre

Violaine, co-responsable du service intérieur :
"J'aime ces visages délicats de bois poli de Marie et Gabriel, si proches qu'on les penserait frère et sœur ; leur taille pareil à la nôtre nous donne envie de les rejoindre… Quels mots l'Ange a-t-il choisis, que dit Marie, quand son corps se courbe légèrement sous l'effet de la surprise ? Mais n'osant troubler cette intimité sacrée, je passe mon chemin.

En savoir + sur l’œuvre


Rébecca ancienne chargée du service images :
"J'aime la peinture du XVIIIe. Regardez la composition et les lignes de force : elle me fait penser à un berceau, tout est fait pour évoquer la tendresse et la douceur maternelle."

En savoir + sur l’œuvre


Hervé, agent de surveillance du bâtiment :
"L'Odalisque est l'une des œuvres les plus représentatives du langage du corps dans le musée. Lors d'un passage la nuit à la lampe torche, elle hypnotise son visiteur, supprimant le reste de l'espace. Il devient impossible de détourner son regard. Mais le veut-on réellement ?"
En savoir + sur l’œuvre


Paulette, agent d'accueil et surveillance :
"J'ai entendu un enfant dire un jour "on dirait un miroir cassé". Les enfants ont toujours plus d'imagination que les adultes."
En savoir + sur l’œuvre


Geneviève, agent d'accueil et surveillance :
"J'aime les impressionnistes car c'est une peinture spontanée, rapidement exécutée. Le peintre essaie de reproduire l'effet de la lumière, du mouvement, par petites touches… et ça me touche."
En savoir + sur l’œuvre





Pierre Lacôte, médiateur conférencier :
"Pauvre Saint Antoine tout ce désir sur le dos, c'est pas de chance quand même! Lui qui voulait tranquillement se concentrer sur sa croix... Le désert est rude sur son socle, l'habit de bure est inconfortable, mais comme cette peau est lisse ! Arrivera -t-il à se relever, sans se retourner ?"
En savoir + sur l’œuvre


Gautier, ancien agent de surveillance du bâtiment :
"L'odeur de cette salle et l'ambiance sombre de l'Égypte me fait frisonner a chaque passage, Un cercueil de cette valeur me donne envie de finir mes vieux jours dedans."
 En savoir + sur l'œuvre