fermer la fenêtre
Tony Garnier et l’Exposition internationale urbaine de 1914

Tony Garnier et l’Exposition internationale urbaine de 1914

Visites couplées avec les musées Gadagne

Accrochage du 11 décembre 2013 au 18 mars 2014
Salle des pastels, 2e étage du musée

À l’occasion du centenaire de l’Exposition internationale urbaine de 1914, le musée des Beaux-Arts s’associe aux musées Gadagne à travers la présentation d’un choix d’œuvres de l’architecte Tony Garnier (1869-1948). En 1917, ce dernier publie Une cité industrielle, ouvrage fondateur de l'urbanisme au XXe siècle qui, pour la première fois, projette la construction d’une ville entièrement en béton.

Grand prix de Rome d’architecture 1899, Garnier se voit confier par Édouard Herriot, nouvellement élu maire de Lyon en 1905, sa première commande d’envergure : les abattoirs du quartier de La Mouche au sud de la ville (actuelle Halle Tony Garnier, 1906-1928). En 1914, cet ensemble, alors inachevé, accueille l’Exposition internationale, trois ans avant la publication d’Une Cité industrielle, qui en reprend l’organisation rationnelle. La toiture à degrés de la grande halle des abattoirs, modèle de construction métallique de grande ampleur, est ainsi reprise dans la Vue des chantiers de constructions navales.

Précurseur de l’architecture et de l’urbanisme contemporains, Garnier s’est également illustré en matière d’arts décoratifs et d’aménagements intérieurs, comme en témoigne ci-dessous la Vue de la villa de l’architecte à Saint-Rambert (Lyon, 1910-1912). Le jeu volumétrique des sièges en béton recouvert de céramique, comme l’intégration du mobilier aux murs, constituent alors les caractéristiques d’une construction moderne. Garnier compte ainsi parmi les figures majeures de l’architecture européenne du début du XXe siècle, aux côtés des avant-gardes viennoise ou allemande, qui poseront les fondements d’une architecture rationnelle et géométrique, à laquelle le béton armé offrira ses potentialités techniques et plastiques.


Œuvres à découvrir dans la salle des pastels

1- Jeanne Bardey, Tony Garnier, Vers 1932, Bronze, Acquis de l’artiste, 1932

2- Tony Garnier, Une cité industrielle : vue des chantiers de constructions navales, 25 mai 1917, Tirage sur papier rehaussé d'aquarelle et de gouache, Don Madame Garnier, 1952

3- Tony Garnier, Une cité industrielle : vue de la terrasse sur la vallée, 31 novembre 1917, Tirage sur papier rehaussé d'aquarelle et de gouache, Don Madame Garnier, 1952 Inv. 1952-35

4-Tony Garnier, Une cité industrielle : vue des hauts fourneaux, 3 juillet 1917, Tirage sur papier rehaussé d'aquarelle et de gouache, Don Madame Garnier, 1952

5- Tony Garnier, Une cité industrielle : vue d’ensemble des services sanitaires, 30 novembre 1917, Tirage sur papier rehaussé d'aquarelle et de gouache, Don Madame Garnier, 1952

6- Tony Garnier, Une cité industrielle : vue du barrage 30 novembre, 1917, Tirage sur papier rehaussé d'aquarelle et de gouache, Don Madame Garnier, 1952

7- Tony Garnier, Projet d’aménagement du confluent Saône-Rhône, 26 mars 1924, Tirage sur papier, Versement du musée Guimet de Lyon, 1969

8- Tony Garnier, Marché aux bestiaux et abattoirs de Lyon, 21 septembre 1917, Tirage sur papier, Don anonyme, 1982

9- Tony Garnier, Villa de l’architecte à Saint-Rambert : étude pour la cheminée de la chambre à coucher, 14 janvier 1922, Crayon et fusain sur papier calque, Versement du musée Guimet de Lyon, 1969

10- Tony Garnier, Bourse du travail : projet d’une salle de séances, 25 septembre 1922, Crayon et encre sur papier calque, Don Madame Garnier, 1952

11- Tony Garnier, Vue de Rome : la Villa Médicis, 10 juin 1903, Aquarelle, crayon et gouache sur papier, Don Madame Garnier, 1952

imprimer