Logo pour impression

Claude, un empereur au destin singulier

(Lyon, 10 av. J.-C. - Rome, 54 ap. J.-C.)

Exposition du 1er décembre 2018 au 4 mars 2019

Il y a un peu plus de 2 000 ans, le 1er août 10 av. J.-C., naissait à Lyon Tiberius Claudius Drusus, fils de Drusus l’Aîné et d’Antonia la Jeune. En dépit de son appartenance à l’illustre famille impériale julio-claudienne, Claude n’aurait jamais dû régner sur le vaste empire romain. Le destin en a voulu autrement car, 51 ans plus tard, il fut proclamé empereur par la garde prétorienne après l’assassinat de Caligula, en 41 de notre ère.

L’exposition a pour ambition de mettre en lumière la vie et le règne de cet homme au destin singulier. Claude pâtit aujourd’hui encore du portrait peu flatteur transmis par la littérature antique et repris dans l’imaginaire populaire moderne. Décrit comme un être faible, influençable, diminué physiquement et intellectuellement, son image souffre aussi de la « sulfureuse » renommée de ses troisième et quatrième épouses, Messaline et Agrippine, et du destin tragique de son fils Britannicus.

Depuis peu cependant, les chercheurs et les historiens restituent la figure d’un homme cultivé, bon gestionnaire, promoteur de réformes administratives efficaces pour l’empire et soucieux de son peuple. Sa loi la plus fameuse est sans nul doute celle relative à l’admission des Gaulois au sénat romain, célèbre par le discours qu’il prononça, en 48 à Rome, gravé sur des plaques de bronze, dites Table claudienne.

D’alliances en stratégies politiques jusqu’aux grandes réalisations de son règne, c’est ce nouveau visage de l’empereur Claude que l’exposition présentera à travers plus de 150 oeuvres : statues, bas-reliefs, camées et monnaies, objets ; de la vie quotidienne, peinture d’histoire, etc.

Des extraits de films, des restitutions 3D et des photographies de l’artiste Ferrante Ferranti complèteront le parcours, pour inviter le visiteur à la redécouverte d’un homme dont, de manière inattendue, le destin décida qu’il serait un grand empereur romain.

Commissariat de l’exposition
Geneviève Galliano, conservateur en chef du Patrimoine, en collaboration avec Hugues Savay-Guerraz, directeur de Lugdunum-musée romain de Lyon, et François Chausson, professeur d’histoire romaine, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Catalogue de l’exposition, réalisé avec le soutien de la Fondation de l’Olivier : Claude (Lyon, 10 av. J.-C. - Rome, 54 ap. J.-C.). Un empereur au destin singulier. 320 pages, 234 illustrations. Paris, Lienart éditions, 38 €.


La Table claudienne, 1668. Transcription du discours de Claude
au sénat pour l'admission des Gaulois au sénat romain.
Exposées au musée gallo-romain de Lyon.
Photograph by Rama, Wikimedia Commons, Cc-by-sa-2.0-fr



Cette exposition est reconnue d’intérêt national
par le Ministère de la Culture /Direction générale des Patrimoines / Service des musées de France.
Elle bénéficie à ce titre d’un soutien financier exceptionnel de l’État.


Une journée d'étude, un cycle de conférences, des nocturnes, des visites thématiques ou à deux voix, des ateliers seront proposés autour de l'exposition. Pour en savoir plus, cliquez ici

le musée des Beaux-Arts remercie ses partenaires :









Allez-y avec TCL, partenaire de l’exposition

L'esprit des ruines, photographies de Ferrante Ferranti

Du 1er décembre au 3 mars 2019

En résonance avec l'exposition Claude présentée au musée, Lugdunum - musée et théâtre romains accueille des photographies de Ferrante Ferranti. L'exposition propose de découvrir le travail de l'artiste à travers une série de tirages sur le thème de l'architecture antique, en écho à des gravures de l'artiste Piranèse (XVIIIe siècle). Photographe voyageur, Ferrante Ferranti s'intéresse à l'esthétique de l'Antique. Ses photographies dialoguent souvent avec les textes de l'écrivain Dominique Fernandez, de l'Académie française, qui le définit comme "l'inventeur d'un langage qui relie le soleil aux ruines, en quête du sens caché sous les formes".