Saint Jean l'Évangéliste

Information sur l’artiste
Francesco Furini [Florence, 1603 - Florence, 1646]

Date de l’œuvre libre
Vers 1635 -1636
Francesco Furini, Saint Jean l'Évangéliste, vers 1635 -1636.
Francesco Furini,
Saint Jean l'Évangéliste, vers 1635-1636.
Image © Lyon MBA - Photo Alain Basset
Contenu

Un jeune garçon est assis à sa table de travail. Si aucun attribut traditionnel (auréole, aigle) ne permet de reconnaître dans cette image le plus jeune des apôtres du Christ, quelques mots lisibles sur le livre ouvert renvoient cependant au début du quatrième Évangile du Nouveau Testament qui lui est attribué : "In principio erat Verbum" ("Au commencement était le Verbe").

 

Le visage songeur aux yeux noyés dans l'ombre, le bras nu reposant sur un livre fermé, se détachent d'une épaisse obscurité. Un rayon de lumière issu d'une ouverture sur la gauche effleure les carnations modelées par le clair-obscur. Il illumine les détails précieux de l'encrier et de la plume posés sur la table, ou de la manche bouffante travaillée en rehauts de blanc à la pointe du pinceau. La draperie d'un éclatant vermillon, lourd morceau d'étoffe théâtralement drapé sur l'épaule, retombe en plis cassés. Seule note colorée, elle confère une imposante dignité à ce jeune modèle d'atelier qui apparaît dans d'autres peintures de Francesco Furini.

 

Le Florentin Francesco Furini est le fils d’un peintre qui l’initie tôt à cet art, avant qu’il ne fréquente les ateliers les plus en vue de cette ville, ceux de Passignano, d’Allori et de Bilivert. Fort de cette première formation, il part à l’âge de seize ans pour Rome, où il passe sans doute par l’atelier de Manfredi, un suiveur du Caravage. Il reprend ensuite le chemin de Florence, cité où il participe notamment au prestigieux chantier du Palais Pitti. Surtout connu pour ses suaves nus féminins inspirés de la mythologie gréco-romaine, celui qui fut prêtre durant sept ans est également l’auteur de rares tableaux aux sujets religieux. Ce Saint Jean l’Évangéliste que lui commanda son mécène le marquis Vitelli, avec un saint Thomas en pendant, a sans doute été peint durant ces années de prêtrise.

Artwork description
Description de l’œuvre

Vers 1635 -1636
Huile sur toile
H. 125 ; L. 103 cm
Achat en 1987
Inv. 1987-3