Projet d'acquisition d'un dessin de Degas

EDGAR DEGAS (1834-1917) Étude de jeune femme nue jouant de la trompe et deux études du corps drapé, pour Saint Jean-Baptiste et l’ange, vers 1857 crayon graphite sur papier, 26,5 x 38 cm
Édgar Degas,
Étude de jeune femme nue jouant de la trompe et deux études du corps drapé, pour Saint Jean-Baptiste et l'ange, vers 1857. Coll. privée, New York
Image © droits réservés
Contenu gauche

Le musée souhaite acquérir, avec le soutien de mécènes particuliers, un dessin d’Edgar Degas en provenance d’une collection privée new-yorkaise.
Il s’agit d’une œuvre de jeunesse de l’artiste, datant de 1857, qui représente une étude de jeune femme nue jouant de la trompe et deux études du corps drapé.

Contenu droite

90 000 euros sont recherchés pour cette acquisition.

Contenu

Réalisé alors que l’artiste se trouve en Italie, ce dessin prépare un projet de composition demeuré inabouti sur le thème de saint Jean-Baptiste et l’ange. Si aucune peinture n’a finalement vu le jour, car l’artiste est demeuré insatisfait, une séquence de plus de quarante dessins peut être reliée à ce projet. Le sujet choisi, emprunté à l’Apocalypse de saint Jean, peut de prime abord sembler déroutant au regard de la suite de la carrière de Degas. Son parcours initial semble en effet répondre aux normes d’un cursus traditionnel, durant lequel il multiplie les académies, les copies, admire les maîtres anciens et s’envisage peintre d’histoire, le genre majeur par essence. 

L’artiste imagine pour cette composition un ange jouant de la trompette, guidant saint Jean-Baptiste. Cette étude est préparatoire à ce personnage, représenté d’abord nu, puis drapé. Degas saisit le positionnement du corps en mouvement, avec un souci de naturel, pour lequel un parallèle semble déjà sensible avec certaines sculptures ultérieures de danseuses. Il s’attache à la vérité du geste, qui constitue un fil conducteur de l’ensemble de son travail.  

Ce dessin viendra compléter le fonds d’œuvres de l’artiste déjà conservé par le musée, composé de deux tableaux, Danseuses sur la scène (vers 1889) et le portrait de Monsieur Ruelle (1861), un dessin et quatre pastels, parmi lesquels l’iconique Café-concert des ambassadeurs (1876-1877). Il offrira un panorama plus large de sa carrière, ses débuts étant jusqu’à présent absents.  

Écoutez Sylvie Ramond évoquer la politique d’acquisition du musée  |  Consulter le dossier complet du projet d'acquisition  |  Télécharger le bulletin de don

 


Contact : Tél. 04 78 38 57 58 ou mecenat@mba-lyon.fr