Retour à la programmation #Exposition

Carte blanche à Eric Poitevin

PROCHAINEMENT
Sans titre 2019-2020 Tirage argentique H. 140 ; L. 110 cm Courtesy Galerie Bernard Jordan
Introduction
Invité par le musée des Beaux-Arts de Lyon à travailler à partir de ses collections, l’artiste Éric Poitevin a eu carte blanche pour produire de nouvelles photographies en résonance avec les œuvres de son choix : Lucas Cranach, Odilon Redon, Frans Snyders, Francisco de Zurbarán... L’artiste porte ainsi un nouveau regard sur certaines œuvres connues ou moins connues du public, en les faisant dialoguer avec son propre travail photographique. Éric Poitevin propose ainsi un parcours et un éclairage totalement inédit qui offre des perspectives aussi évidentes qu’inattendues sur son œuvre et sur les collections. 

Né en 1961 à Longuyon (Meuse), Éric Poitevin est l’une des figures les plus importantes de la photographie contemporaine française. Diplômé de l’école d’art de Metz en 1985, l’une des seules formations qui proposait alors un cursus en photographie, Eric Poitevin a enseigné à l’Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg puis à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Nancy. Depuis 2008, il est professeur à l’école des Beaux-Arts de Paris. Très attaché à sa région et ses paysages façonnés par les combats de la Première Guerre mondiale, Éric Poitevin vit et travaille à Mangiennes, dans le département de la Meuse.

Éric Poitevin a très tôt privilégié la prise de vue à la chambre photographique. Cette technique implique un matériel lourd et un temps de pause long. Au-delà de ces apparentes contraintes, ce procédé impose à l’artiste d’anticiper la construction de l’image tout en offrant un rapport particulier au temps et la possibilité de développer une véritable relation avec les sujets photographiés. Avec ses séries de portraits, de nus, de paysages ou d’animaux morts, Éric Poitevin semble au premier abord reprendre le fil de la tradition picturale, en réinterprétant les grands genres qui la composent. Cependant, ses mises en scènes qui tendent à l’épure intègrent de subtils écarts vis-à-vis des images rémanentes de l’histoire de l’art : l’artiste joue plutôt avec ces références et réfute toutes filiations trop directes ou littérales. Eric Poitevin renvoie en effet à une autre histoire, celle de la photographie.

Les photographies d’Éric Poitevin sont présentes dans de nombreuses collections publiques françaises et ont notamment été exposées au FRAC île de France, Le Plateau, en 2004 (Eric Poitevin) ; au musée de la Chasse et de la Nature en 2007 (Éric Poitevin. Cerf mort) ; à la Villa Médicis,  à Rome – où il a été pensionnaire en 1989-1990- en 2012 (Éric Poitevin. Photographies) ; au FRAC Auvergne en 2015 (Eric Poitevin) ; au Domaine du Trianon à Versailles en 2019 (Visible, Invisible).

 

 

Du 28 avril 2022 au 28 août 2022
Tarif

Billet donnant accès à l'exposition et aux collections permanentes
12€ / 7€ / Gratuit voir conditions

 

 

Acheter en ligne (accessible prochainement)
Information horaires

Passe sanitaire obligatoire pour visiter le musée En savoir + sur les mesures du 21 juillet 2021


 

Commissariat :

Sylvie Ramond, Directeur général du pôle des musées d’art MBA I MAC LYON
Directeur du musée des Beaux-Arts de Lyon, Conservateur en chef du Patrimoine 

 

Eric Poitevin
Sans titre 2019-2020 Tirage argentique H. 140 ; L. 110 cm Courtesy Galerie Bernard Jordan
Bloc dossier de l’exposition

Bloc doré - Titre
Dossier de presse

Vous serez également intéressé par...

Visuel principal
Vue de l'exposition Par le feu, la couleur
Vue d'exposition Par le feu, la couleur : Céramiques contemporaines - 19/05/2021-27/02/2022
Type de rendez-vous
Visites dans les expositions

Par le feu, la couleur. Céramiques contemporaines

Du mercredi 19 mai 2021 au dimanche 27 février 2022
Accéder à la page Par le feu, la couleur. Céramiques contemporaines
Visuel principal
A la mort, à la vie !
Type de rendez-vous
Visites dans les expositions

À la mort, à la vie ! Vanités d'hier et d'aujourd'hui

Du samedi 27 novembre 2021 au samedi 7 mai 2022
Accéder à la page À la mort, à la vie ! Vanités d'hier et d'aujourd'hui