Femme assise

Information sur l’artiste
Henri Laurens [Paris, 1885-1954]

Date de l’œuvre libre
1931
Contenu

Né à Paris dans une famille d’artisans, Henri Laurens se forme dès 1899 dans un atelier de décoration. En 1902, il s’établit une première fois à Montmartre, où il retourne en 1911 après un passage à la Ruche. Il se lie alors avec Braque dont il reçoit la révélation du cubisme et dont il utilise le vocabulaire à partir de 1915 dans ses premières constructions et ses papiers collés. Longtemps son œuvre se développera en dialogue avec celle de son aîné et suivra une semblable évolution.

Ainsi dans les années 1920, un même retour à la tradition et au classicisme caractérisent leur production. À partir de 1930, alors que Braque, dans sa peinture, redéfinit son classicisme, gagnant en liberté, un nouveau dynamisme s’empare de la sculpture de Laurens. Fidèle au thème du nu féminin, le sculpteur introduit dans ses figures une grande souplesse linéaire. Son expression se fait plus fluide et ondulante. La forme est habitée par une sorte de continuité organique : les bras de la figure se prolongent ainsi en rubans.

Depuis son installation en 1921 à l’Étang-la-Ville, près de Marly où il travaille une partie de l’année jusqu’en 1935, Laurens crée dans une très grande proximité avec la nature. Au retour de ses balades en forêt, il « essayait, confie Marthe Laurens, de porter à ses sculptures les sensations qu’il avait reçues ; les membres se nouaient comme des branches, et les surfaces se modelaient comme des écorces.»

Descriptif de l'œuvre
Description de l’œuvre

1931
Terre-cuite
H. 33,5 ; L. 28 ; P. 18 cm
Achat à une galerie en 1958
Inv. 1958-17
© ADAGP 2020