Retour à la programmation #Exposition archivée

Exposition Jacques Stella (1596-1657)

Du 17 novembre 2006 au 19 février 2007
Visuel principal
Jacques Stella, Salomon sacrifiant aux idoles, ca 1650.
Jacques Stella,
Salomon sacrifiant aux idoles, vers 1650.
Image © Lyon MBA - Photo Alain Basset
Introduction

Exposition consacrée à Jacques Stella, peintre lyonnnais qui fut un des principaux acteurs de la Renaissance artistique au temps de Richelieu.

Cette exposition fut l'occasion pour le musée, d'évoquer la collection et la bibliothèque du peintre, qui ont fait aussi l'objet d'une étude dans le catalogue. Le médaillier a parallèlement mis en valeur le rôle de la médaille au temps de Jacques Stella.

Du 17 novembre 2006 au 19 février 2007

Présentation de l'exposition

Première grande exposition consacrée à Jacques Stella, peintre majeur de l'art français du XVIIe siècle et sans doute l'un des artistes les plus originaux de son temps.

L'exposition présentée au Musée des Beaux-Arts de Lyon, la ville natale de l'artiste, retrace au regard de quelque 200 peintures, dessins et gravures, toute la diversité de la production de Jacques Stella.

Tour à tour chroniqueur de la vie populaire, peintre des anges et des madones, inventeur de sujets classiques ou sacrés, illustrateur, portraitiste parfois, paysagiste souvent, Stella réserve des moments de grâce et d'émotion.

Cette exposition avait été voulue et conçue par Gilles Chomer (1950-2002), historien de l'art à l'Université de Lyon 2 et au CNRS, qui en avait passionnément réuni les matériaux. Sa disparition prématurée a poussé ses amis et ses anciens élèves à mener à son terme le travail entrepris.

Commissaires de l'exposition : 
Sylvain Laveissière, conservateur général du patrimoine au département des peintures du musée du Louvre, commissaire général,
et Isabelle Dubois, conservateur des peintures et sculptures anciennes au musée des Beaux-Arts de Lyon, commissaire.

Catalogue de l'exposition
Editions Somogy, 256 pages, 250 illustrations couleur, 35€

Jacques Stella, peintre du roi

Fils du peintre François Stella, Jacques Stella (1596-1657) fut vraisemblablement formé à Lyon, sa ville natale. Vers 1619, il part étudier en Italie et connaît ses premiers succès à Florence, en 1621, en tant que graveur dans l'orbite de Jacques Callot : il en gardera un goût durable pour l'illustration de la vie populaire. C'est dans la Rome effervescente d'Urbain VIII, où il côtoie le Bernin, Poussin et Vouet, que Stella s'impose comme peintre. Ses petits tableaux peints sur pierre semi-précieuse le font rechercher des plus grands amateurs. Rentré en France en 1634, Stella s'arrête à Lyon où il peint L'Adoration des anges. Sur le point de partir pour la cour d'Espagne, il est retenu à Paris par Richelieu qui le nomme peintre du Roi, avec pension et logement au Louvre. Son maintien en France, entre le rappel de Vouet (1627) et celui de Poussin (1640), montre la volonté politique du cardinal de donner à Paris une importance artistique majeure. La peinture connaît alors un moment d'équilibre exceptionnel, que l'on a qualifié d'"atticisme" : avec Champaigne, La Hyre ou Le Sueur, Stella invente ce langage raffiné, noble et serein, qui est le style de la régence d'Anne d'Autriche. Ami de Poussin, dont il possède plusieurs tableaux, Stella ne se borne pas à l'imiter : lorsqu'il se mesure aux mêmes entreprises que son grand aîné (tableaux d'histoire, séries), c'est en conservant toujours sa manière propre. On découvrira aussi combien ce peintre au style élevé est sensible au monde rural : ses séries (PastoralesSaisons, etc.) le rattachent franchement aux "peintres de la réalité". Enfin, à travers l'exemple de sa nièce Claudine Bouzonnet Stella, qui grava et publia ses œuvres, c'est toute une entreprise familiale qui se profile, assurant la diffusion d'une création singulièrement attachante et diverse.

Jacques Stella, 1635
L'Adoration des anges - Inv. A 156
Image © Lyon MBA - Photo Alain Basset
Bloc contenu

La peinture à Lyon au XVIIe siècle

La position géographique de Lyon en fit un lieu d'échanges privilégiés entre les foyers artistiques de l'Europe du nord et ceux de la Méditerranée, donnant ainsi à la peinture lyonnaise sa singularité dans le contexte artistique français du XVIIe siècle. Les premières décennies du siècle sont marquées à Lyon par la reconstruction religieuse après les événements de la Réforme : les couvents lyonnais offrent aux peintres revenant d'Italie leurs premières commandes (Jacques Blanchard, François Perrier, Charles Le Brun) insufflant un courant d'une grande modernité. Dès 1655, la commande publique est contrôlée par Thomas Blanchet, peintre, architecte et sculpteur, appelé de Rome par le consulat lyonnais pour la décoration du nouvel Hôtel de Ville. Dans les années 1680, l'énigmatique Louis Cretey adopte un style sans équivalent dans la peinture française de la fin du XVIIe siècle. Il participe au décor du réfectoire du couvent des Dames de Saint-Pierre, et réalise pour des amateurs lyonnais d'étonnants tableaux de dévotion ou de cabinet.

La médaille au temps de Jacques Stella

A l'occasion de la parution du Catalogue des médailles françaises des XVe, XVIe et XVIIe siècles du musée des Beaux-Arts de Lyon , un accrochage exceptionnel présentera les 168 médailles conservées au médaillier du Musée des Beaux-Arts. Un éclairage particulier sera fait sur La médaille au temps de Jacques Stella.
A cette époque, deux artistes dominent la production nationale : Guillaume Dupré (1574-1647) et Jean Warin (1604-1672), tous deux graveurs officiels des rois Henri IV, Louis XIII et Louis XIV. Au même moment, Claude Warin, frère de Jean, réalisa les grands médaillons de bronze apposés sur les façades de l'Hôtel de Ville de Lyon. Ces derniers connurent un tel succès que plus de trente Lyonnaises et Lyonnais lui commandèrent le leur. Sa réputation de médailleur dépassa même les limites de la ville et de la région puisqu'il réalisa une médaille pour Honoré II de Monaco. Certaines de ces médailles françaises, présentées pour la première fois au public, sont de qualité exceptionnelle et se révèlent rares ou originales. Elles montrent la richesse du fonds conservé au Médaillier de Lyon, la seconde collection numismatique de France après Paris.

Le cabinet de Jacques Stella

Parallèlement à l'exposition Jacques Stella (1596–1657), le musée des Beaux-Arts de Lyon évoquera la collection et la bibliothèque du peintre, qui font aussi l'objet d'une étude dans le catalogue. Jacques Stella est célèbre pour avoir rassemblé dans son appartement de la galerie du Louvre un ensemble important de tableaux de Nicolas Poussin. On sait moins qu'il posséda aussi une cinquantaine de toiles de maîtres aux attributions prestigieuses (Raphaël, Carrache), plus de quatre cents dessins de collection réunis en deux recueils, avec des attributions non moins prestigieuses (Raphaël, Jules Romain, Michel-Ange, Rubens, etc.), des centaines de gravures des meilleurs burinistes de la Renaissance (Dürer, Cornelis Cort, Marcantonio Raimondi, Giulio Bonasone, Pietro Santi, etc.), des portefeuilles entiers remplis d'estampes de Poussin, Callot, Tempesta, Errard, et de bien d'autres encore - ensemble singulier que complétait, chose rare chez les artistes de cette époque, une bibliothèque d'environ deux cents volumes. Cette présentation de divers ouvrages précieux qui figuraient dans la bibliothèque du peintre ainsi que des estampes de la Renaissance permet d'évoquer le mind map de l'un des peintres les plus ambitieux du XVIIe siècle français.

Réalisée en collaboration avec la Bibliothèque municipale de Lyon

Informations pratiques
Jusqu'au 2 avril 2007
Tous les jours, sauf mardi et jours fériés, de 10h à 13h et de 14h à 18h.
Exposition au sein de la collection de peintures du musée, au 2e étage.


Œuvres choisies

Un vieil homme endormi

Ce dessin évoque le travail "d'après nature" mené par Stella tout au long de sa carrière, en marge de sa recherche en peinture et pour la gravure. Fidèle à sa pratique de croquis lorsqu'il était à Florence au début de sa carrière, Stella esquisse de petites scénettes du quotidien, travaillant avec le lavis d'encre les rapports d'ombre et de lumière.
D'une grande qualité plastique, ce dessin a été réattribué à Stella même si son encadrement garde encore la trace de son ancienne attribution. On reconnaît dans la figure de la vielle femme, Claudine de Masso, mère de l'artiste.

Le Repos pendant la Fuite en Egypte, ou La Sainte Famille à la grappe
Pour échapper au massacre des enfants de Bethléem ordonné par Hérode, Joseph, Marie et l'enfant Jésus partent pour l'Egypte. Stella choisit de représenter ici le repos des voyageurs, décrit dans les Évangiles apocryphes. Il peint une scène paisible de bonheur familial, bien loin du drame. Mais ne peut-on voir dans la présence des angelots une allusion aux innocents tués à Bethléem ? De même, la grappe tendue par Joseph à l'Enfant préfigure sans doute le sang qu'il versera sur la croix.

 

Bloc contenu 2

Visites audioguidées
1h30 de commentaires, 30 œuvres expliquées, une chronique historique, des interviews des commissaires d'exposition, des paroles d'experts.

Visites commentées
- Lundi à 12h15 et à 14h30 ; jeudi à 16h ; vendredi à 17h30 ; et samedi à 10h30

Regards approfondis
Cycle de 3 visites entre exposition et collections de peintures du XVIIe siècle du musée :
- 8 janvier à 14h30. Art et pouvoir au XVIIe siècle : création d'une Académie royale de peinture.
- 15 janvier à 14h30. Entre Rome et Paris : peindre à Lyon au XVIIe siècle.
- 22 janvier à 14h30. L'oeuvre de Jacques Stella, parcours dans l'exposition.

Rencontre avec les commissaires de l'exposition : le 26 janvier à 18h avec Sylvain Laveissière et Isabelle Dubois

Concert de musique de chambre par l'Orchestre National de Lyon : le 1er décembre à 18h30
Boismortier, Couperin, Barrière. Les solistes de l'Orchestre National de Lyon dans l'exposition.

Partenaires

Visuel