Acquisitions 2018

flandrin_mort-jesus-christ-calvaire
Hippolyte Flandrin,
La Mort de Jésus-Christ sur le calvaire ; Étude pour le décor de l'église Saint-Germain-des-Prés, 1860.
Image © Lyon MBA - Photo Alain Basset
Contenu
Hippolyte Flandrin,
La Mort de Jésus-Christ sur le calvaire, 1860.
Image © Lyon MBA - Photo Alain Basset

Hippolyte Flandrin (1809-1864) La Mort de Jésus-Christ sur le calvaire, modello pour le décor de la nef de l’église Saint-Germain-des-Prés à Paris, 1860

Huile sur tracé au crayon graphite sur carton, H. 47,5 cm ; L. 60,3 cm. Achat avec le concours de l’État et de la région Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre du Fonds régional d’acquisition des musées (FRAM) en 2018

Hippolyte Flandrin compte au nombre des acteurs majeurs de la scène artistique lyonnaise, mais aussi nationale, au XIXe siècle. Parmi ses champs d’activité les plus connus figure son activité de décorateur. Son chantier le plus important est celui de l’église Saint-Germain-des-Prés à Paris, pour laquelle il œuvre successivement dans le sanctuaire et le chœur (1842-1848), puis la nef (1856-1863). En savoir + sur le décor d’Hippolyte Flandrin à l’église Saint-Germain-des-Prés

L’artiste prépare par de nombreuses études ses compositions, ensuite réalisées à la cire directement sur le mur. Le musée des Beaux-Arts conserve dans ses collections un ensemble de dessins directement reliés à ce décor, ainsi qu’une esquisse peinte. Une seconde vient désormais compléter ce fonds, en relation avec la scène présente sur la quatrième travée du côté droit de la nef, La Mort de Jésus-Christ sur le calvaire. Ces œuvres prendront place dans une exposition consacrée à l’artiste et ses deux frères, Paul et Auguste, également artistes, programmée à l’hiver 2020-2021.

 

Hippolyte Flandrin,
Firmin Laferrière, 1842.
Image © Lyon MBA - Photo Martial Couderette

 

Hippolyte Flandrin (1809-1864),
Firmin Laferrière, 1842,

Huile sur toile,
H. 56 cm, L. 46,8 cm.
Don de Bruno Racine en 2018

 

 

 

 

Albert Maignan (1845-1908), Le Réveil de Juliette, 1886
Albert Maignan,
Le Réveil de Juliette, 1886.
Image © Lyon MBA - Photo Alain Basset

Albert Maignan (1845-1908), Le Réveil de Juliette, 1886

Huile sur toile. H. 227 ; L. 177 cm. Versement de la Ville de Lyon, 2018

En 1887, la Ville de Lyon avait acquis auprès du peintre Albert Maignan un important tableau d’histoire, Le Réveil de Juliette, au moment où celui-ci était exposé au Salon de la Société des amis des arts. L’œuvre ornait depuis, les murs de l’Hôtel de Ville. Afin d’assurer sa conservation et sa valorisation, celle-ci a rejoint les collections du musée des Beaux-Arts.

Le tableau emprunte son sujet au final de la célèbre pièce de William Shakespeare Roméo et Juliette. N’étant pas informé du stratagème mis en œuvre par Juliette pour échapper au mariage qui lui était imposé, Roméo revient en cachette à Vérone pour se recueillir sur sa dépouille. Désespéré, il avale une fiole de poison. Son aimée se réveille à cet instant alors que les effets du philtre qu’elle avait pris se dissipent. L’œuvre, à la composition très théâtrale, est l’une des plus appréciées de la carrière de l’artiste. La mise en scène joue de nombreux détails qui rappellent le contexte médiéval dans lequel s’inscrit la scène.